CritiquesLa technologieMondeSoins de santé

La France ferme une mosquée à Beauvais en raison de sa prédication « radicale »

Mardi, le ministre français de l’Intérieur a annoncé qu’il avait entamé une procédure de fermeture d’une mosquée pour une durée maximale de six mois, citant l’enseignement « extrême » de l’imam pour justifier cette action.

Gérald Darmanin a déclaré à la chaîne de télévision Cnews que c’était lui qui avait « commencé » le processus de fermeture de la mosquée de Beauvais, une ville de 50 000 habitants située à environ 100 kilomètres (62 miles) au nord de Paris, en raison d’une prédication « inappropriée ». Dans ses discours, l’imam a été accusé de « cibler les chrétiens, les homosexuels et les juifs », selon le ministère Français.

Les autorités de l’Oise, où se trouve Beauvais, avaient déjà annoncé que la mosquée envisageait de fermer en raison de conférences incitant à la haine, à la violence et au « soutien au djihad », selon les autorités.

Une lettre indiquant l’intention a été envoyée la semaine dernière, selon un responsable de la préfecture de l’Oise, qui a ajouté qu’une période de collecte d’informations de 10 jours était légalement requise avant qu’une action puisse être prise.

Selon le journal local Courrier Picard, l’imam de la mosquée s’est récemment converti à l’islam. L’article citait un avocat représentant l’association de gestion de la mosquée affirmant que les paroles de l’imam avaient été « sorties de leur contexte » et qu’il avait été suspendu de ses fonctions à la suite de la lettre de la préfecture.

Il y a plus d’un an, la France a lancé un assaut significatif contre la minorité musulmane. Les écoles, les groupes musulmans et les mosquées sont fermés. Les dirigeants mondiaux, les organisations de défense des droits humains et les militants ont critiqué le gouvernementFrançais, décrivant la décision comme une grave attaque contre les droits et libertés du pays.

Darmanin a annoncé plus tôt cette année que la France renforcerait les contrôles sur les lieux de culte et les groupes accusés de promouvoir une idéologie extrême. Cependant, les critiques affirment que les autorités Français utilisent l’idée nébuleuse et mal définie de « radicalisation » ou d’«islam radical » pour justifier l’installation de mesures sans justification, exposant les musulmans et les autres minorités au risque de discrimination.

La répression a suivi l’assassinat de l’enseignant Samuel Paty en octobre 2020, qui a été pris pour cible à la suite d’une campagne en ligne contre lui pour avoir montré des caricatures controversées du prophète Mahomet publiées par le magazine satirique Charlie Hebdo lors d’un cours d’éducation civique. Le président français Emmanuel Macron a défendu l’impression de caricatures qui irritaient les musulmans, disant qu’il n’empêchera pas les dessins d’être publiés sous le couvert de la liberté d’expression, provoquant un tollé parmi les musulmans.

Alors que les musulmans en France l’ont accusé de tenter de réprimer leur foi et de légitimer l’islamophobie. La position de Macron envers les musulmans et l’islam a été dénoncée par un certain nombre de pays à majorité musulmane, notamment la Turquie et le Pakistan.

Les critiques affirment que la législation anti-musulmane en France viole la liberté religieuse et cible injustement les 5,7 millions de musulmans de France, la plus importante d’Europe. Malgré le fait que la loi impopulaire « anti-séparatisme » de la France n’utilise pas le mot « islam », Français musulmans protestent depuis des mois, affirmant que les dispositions les séparent.

Selon le ministère de l’Intérieur, sur un total de 2 623 mosquées et salles de prière musulmanes en France, 99 ont été sondées ces derniers mois pour diffusion de la doctrine « séparatiste ». Vingt et un sont actuellement fermés pour diverses raisons, et six font l’objet d’une enquête dans le but de les fermer en vertu de Français législation anti-extrémisme et anti-séparatiste.

Tags

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
Close