• Sun. May 16th, 2021

Dante Christian Poet est témoin du désir de bonheur

Byadmin

Mar 29, 2021

Dante, poète chrétien, bien qu’homme de son temps, est un “prophète de l’espérance” et “peut nous aider à avancer avec sérénité et courage dans le pèlerinage de vie et de foi que nous sommes tous appelés à faire” vers le but ultime.

Telle est la considération finale et, dans un certain sens, la lecture que le Pape François fait du père de la langue italienne dans la Lettre apostolique “Candor Lucis aeternae” consacrée au septième centenaire de la mort du poète, publiée aujourd’hui.

Le long document commence par François retraçant ce que les papes ont écrit à propos de Dante au siècle dernier, met en évidence comment chacun a souligné qu’il était «le nôtre», c’est-à-dire chrétien.

De Benoît XV qui écrivait en 1921: “qui peut nier que notre Dante ait nourri et attisé la flamme de son génie et de ses dons poétiques en s’inspirant de la foi catholique”, à Paul VI, qui affirmait en 1966 “, Dante est à nous!

La nôtre, par ce que nous entendons dire, de la foi catholique, car il rayonnait d’amour pour le Christ; la nôtre, parce qu’il aimait profondément l’Église et chantait ses gloires; et la nôtre aussi, parce qu’il a reconnu et vénéré dans le Pontife romain le Vicaire du Christ “, jusqu’à François, pour qui” l’œuvre de Dante fait partie intégrante de notre culture, elle nous renvoie aux racines chrétiennes de l’Europe et de l’Occident, représente le patrimoine d’idéaux et de valeurs que même aujourd’hui l’Église et la société civile proposent comme base de la coexistence humaine.

François souligne le fait que sa Lettre apostolique est publiée le jour où l’Église célèbre l’Incarnation, définie par Benoît XVI comme «la nouveauté d’un amour qui a poussé Dieu à prendre un visage humain, et plus encore, à prendre chair et le sang, notre humanité entière »et qui est pour François« est le vrai cœur et l’inspiration de tout le poème ».

Décrivant la vie de Dante, François note que «sa profonde déception face à l’effondrement de ses idéaux politiques et civils, ainsi que ses tristes errances de ville en ville à la recherche d’un refuge et d’un soutien ne sont pas absents de son œuvre littéraire et poétique; en effet, ils constituent sa source et son inspiration mêmes ».
Et “la mélancolie poignante de Dante le pèlerin et l’exil dans ses vers célèbres du huitième canto du Purgatorio:” ‘C’était maintenant l’heure qui fait reculer le désir Chez ceux qui naviguent sur la mer et fond le cœur, dit adieu à leurs doux amis »(1-3).»

Mais il ne se résigne jamais et c’est pour cela qu’il est un “prophète de l’espérance”: parce qu’il nous pousse à nous libérer de la “forêt sombre” du péché pour trouver “le juste chemin” et ainsi atteindre “la plénitude de la vie dans l’histoire “et” béatitude éternelle en Dieu “. Il s’agit donc d’une «mission prophétique» qui n’épargne pas la dénonciation même pour les papes qui «transforment l’Église en instrument de leurs propres intérêts».

Dans la Divine Comédie, il est alors manifestement manifesté que «la miséricorde de Dieu et la liberté humaine Le voyage que Dante présente n’est ni illusoire ni utopique; il est réaliste et à la portée de tous, car la miséricorde de Dieu offre toujours la possibilité de changement, de conversion, de nouvelle conscience de soi et de découverte du chemin vers le vrai bonheur.

À cet égard, plusieurs épisodes et individus de la Comédie montrent que personne sur terre n’est exclu de cette voie », comme Traiano et Manfredi.

Le document de François souligne également l’importance dans la Comédie de trois figures féminines: Marie, mère de Dieu, emblème de la charité; Béatrice, symbole d’espérance, et Lucie, image de foi. Ces trois femmes qui accompagnent Dante dans les différentes étapes de son voyage démontrent que «nous ne pouvons pas nous sauver», mais que nous avons besoin de l’aide de celles qui «peuvent nous soutenir et nous guider avec sagesse et prudence».

Et parmi les figures de la Divine Comédie, le document met en évidence une profonde harmonie «entre Dante et saint François. Tous deux s’adressaient au peuple, le premier “allant parmi le peuple”, le second choisissant de n’utiliser pas le latin, mais “la langue de tout le monde”; tous deux, en outre, sont ouverts à la «beauté et à la valeur» de la création.

Mais l’œuvre de Dante, “une mine presque infinie de connaissances, d’expériences, de considérations dans tous les domaines de la recherche humaine”, il demande plutôt à être entendu et même imité; il nous invite à devenir ses compagnons de voyage. Aujourd’hui aussi, il veut nous montrer le chemin du bonheur, le bon chemin pour vivre une vie pleinement humaine, émergeant de la forêt sombre dans laquelle nous perdons nos repères et le sens de notre vraie valeur ».

Pour cette raison, son message doit être rendu «accessible au-delà des halls des écoles et des universités. J’exhorte les communautés chrétiennes, en particulier dans les villes associées à la vie de Dante, les institutions universitaires et les associations culturelles à promouvoir des initiatives visant à mieux faire connaître son message dans toute sa plénitude ».

François conclut: «En ce moment particulier de l’histoire, envahi par des situations de profonde inhumanité et de manque de confiance et de perspectives d’avenir, la figure de Dante, prophète de l’espérance et témoin du désir humain de bonheur, peut encore nous fournir des mots et des exemples qui nous encouragent dans notre cheminement.

Dante peut nous aider à avancer avec sérénité et courage sur le pèlerinage de vie et de foi que chacun de nous est appelé à faire, jusqu’à ce que nos cœurs trouvent la vraie paix et la vraie joie, jusqu’à ce que nous arrivions au but ultime de toute l’humanité: «L’Amour qui déplace le soleil et les autres étoiles »(Par. XXXIII, 145).» (FP)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *